À la croisée de rites coutumiers et touristiques, Savalou accueille chaque année la fête de l’igname. Coutume ayant traversé le temps, il s’agit d’une célébration marquant la consommation de l’igname nouvellement récoltée, et ce après autorisation du roi. Cette fête draine, à chaque édition, des milliers de Béninois et touristes vers la ville de Savalou encore connu sous le nom de la cité des Gbaguidi. Vous êtes passionné de culture ou vous voulez en savoir plus ? Voici ce que vous devez savoir sur cette célébration.

Origines de la fête de l’igname

Pour comprendre les origines de cette fête, il faut remonter à la période coloniale. Il s’agissait d’une fête dédiée à vouer un culte aux divinités. Et ceci pour les remercier de l’abondance des moissons venant des champs, dont ils sont les créateurs. Ce n’est qu’en 1954 que cette fête fût réadaptée en une célébration pour rassembler la diaspora de Savalou.

À cette occasion, des sacrifices, des prières aux différentes divinités, mais aussi des activités culturelles sont organisés. Rassemblant les filles et fils Mahi, la fête instaurée par Tossoh Gbaguidi s’est positionnée au fil du temps comme un événement phare, célébrant une rencontre annuelle entre les fils de Savalou.

La célébration du 15 août : une obligation

Selon les représentants de la commune de Savalou et de la culture Mahi, cette fête est une reconnaissance de tout le peuple aux dieux pour leur assistance et leur protection. C’est aussi l’occasion de leur dire merci pour les bonnes récoltes des tubercules d’igname.

Cela constitue une obligation, car consommer ces tubercules avant les divinités revient à bafouer leur grandeur. Ce qui pourrait pousser lesdites divinités à se retourner contre leurs protégés (le peuple de Savalou) ; provoquant sur ces derniers, famines, maladies et même un abandon total.

La fête du 15 août se concentre sur l’igname et plus spécifiquement celle appelée « laboco » parce qu’il s’agit de la première variété de tubercules récoltée au cours de la saison.

Des femmes pilant l’igname cuite dans un mortier

Que représente aujourd’hui la fête de l’igname ?

Au-delà de l’aspect religieux, cette réjouissance est l’occasion de discuter sur les problèmes que rencontre la commune et d’y apporter des solutions. Pour ce faire, chaque année, un thème est choisi et constitue le sujet principal des discussions.

La fête de l’igname a pris une place très importante au Bénin au point où une journée lui a été consacrée. Il s’agit bien évidemment du 15 août de chaque année. Dès le 14 août de chaque année, des offrandes et des rites traditionnels aux ancêtres sont effectués. La célébration, proprement dite, a donc lieu le 15 août.

La fête de l’igname est aujourd’hui devenue l’occasion pour les hommes politiques de se faire remarquer, et ce, par des dons et organisations de réceptions de toutes sortes.

Il faut souligner que sans la redynamisation de cette fête par le roi Tossoh Gbaguidi 13, Savalou n’aurait pas eu cette notoriété qui la porte à tous les points du monde. Et même si sa mort est perçue par certaines personnes comme étant un frein au développement de Savalou, notons que la ville dispose déjà de certains atouts qu’elle peut toujours continuer à faire valoir.

Envie de vous rendre à Savalou?

Le parc automobile béninois propose une panoplie de services, entre confort, sécurité et ponctualité, vous pourrez visiter Savalou sans aucun soucis de mobilité. De plus notre application Wezôn vous permet de faire le meilleur choix (confort, prix, service à bord du bus, …) pour votre voyage et de réserver votre billet sans vous déplacer. N’hésiter plus un seul instant: Profiter de Wezôn